Un effet paradoxal du cannabis pour soigner la maladie d’Alzheimer ?

Un effet généralement indésirable du cannabis est une perturbation réversible de la mémoire à court terme induite par le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), le principal composant psycho-actif du cannabis.

L’effet paradoxal du THC

Cependant, un groupe de scientifiques a montré que le THC est également capable d’améliorer la fonction neurologique chez des animaux âgés lors d’une administration chronique à faibles concentrations. De plus, des études récentes ont montré que le THC favorise à faible concentration, la fabrication de neurones dans l’hippocampe. L’hippocampe est une structure du cerveau qui joue un rôle central dans la mémoire et la navigation spatiale. C’est une des premières structures atteintes dans la maladie d’Alzheimer, ce qui explique les problèmes de mémoire et de désorientation qui caractérisent l’apparition de cette pathologie. Le THC empêche les processus neurodégénératifs se produisant dans des modèles animaux de cette maladie. Il protège des dommages cognitifs induits par l’inflammation et restaure la mémoire et la fonction cognitive chez les souris âgées.

L’effet paradoxal du THC expliqué par l’hormésie

Dans le but de réconcilier ces effets apparemment contradictoires, un travail1 réalisé par Edward J. Calabrese de l’université du Massachusetts aux Etats-Unis et Alberto Rubio‐Casillas de l’université de Guadalajara au Mexique a montré qu’un tel paradoxe peut s’expliquer dans le cadre de l’hormésie.

L’hormésie est un phénomène dose-réponse caractérisé par une stimulation à faible dose et une inhibition à forte dose. L’hormésie est un concept depuis longtemps délaissé par les chercheurs, ceux-ci préférant ne traiter que les effets obtenus à partir de concentrations élevées de produits testés 2. Or Calabrese a rapporté environ 400 mécanismes hormétiques à travers une large gamme de modèles, critères et agents biologiques 3.

Le cannabis sera-t-il le premier produit utilisé comme traitement à partir d’un mécanisme faisant intervenir l’hormésie ? Seul l’avenir nous le dira, espérons rapidement.

  1. Biphasic effects of THC in memory and cognition Calabrese EJ, Rubio-Casillas A, Eur J Clin Invest,2018
  2. Hormesis and medicine EJ Calabrese, Br J Clin Pharmacol, 2008
  3. Hormetic mechanisms EJ Calabrese, Crit Rev Toxicol, 2013

Laisser un commentaire