Faire du vélo pour vivre plus riche, plus longtemps et en meilleure santé tout en sauvant la planète.

Vous voulez vivre riche, longtemps et en bonne santé tout en contribuant à sauvegarder la vie sur la planète ? Découvrez à travers ce dossier comment le vélo peut y contribuer.

Le vélo vous rend plus riche

Concernant le vélo, « on gagne du temps à savoir en perdre ».

Pour les petits revenus, le vélo est plus rentable que la voiture du fait d’un coût mensuel très élevé pour la voiture. En effet, pour un peu plus d’un SMIC net, il faut travailler 62h pour couvrir le coût mensuel moyen d’une voiture contre 4h pour le vélo. Ainsi, même si le temps passé sur la route est plus long en vélo, au total l’automobiliste passe plus de temps au travail ou sur la route pour couvrir le coût d’une voiture que le cycliste pour couvrir celui du vélo. C’est comme si on allait plus vite en vélo.1

Le vélo à assistance électrique est amorti en moins d’un an

Les coûts de recharge de la batterie et d’entretien du vélo à assistance électrique (VAE) sont faibles comparés au frais de déplacement si l’on emprunte sa voiture ou un scooter. Comptez une vingtaine d’euros mensuels pour l’entretien du vélo et la recharge de la batterie. De plus, pas de contraintes administratives : nul besoin de permis, d’immatriculation ou de contrôle technique. L’entretien est facile et peu coûteux : le VAE nécessite quasiment le même entretien qu’un vélo classique. Enfin, pas d’assurance à payer avec le VAE versus la voiture.

Finalement, en prenant en compte l’amortissement, les coûts énergétiques, les couts d’entretien et l’assurance, par rapport au coût réel d’une voiture, le vélo électrique est amorti en moins d’un an (calcul fait avec l’hypothèse d’un trajet mensuel de 450 km soit environ 20 km aller/ retour par jour et d’une consommation de 8L au 100 km en ville). Après un an, ce n’est que bénéfice. Celui-ci se monte même à 3300 € au bout de trois ans.2

Le vélo vous fait vivre plus longtemps

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), pratiquer le vélo à raison de 30 minutes par jour peut augmenter de 8 ans l’espérance de vie.

En outre, une étude publiée récemment dans la revue Heart du British Medical Journal montre que pour aller au travail, le vélo, la marche et les transports en commun permettent, sur une durée moyenne de 7 ans, de réduire de 30% le risque de décès par maladie cardiaque ou par AVC par rapport à l’utilisation de la voiture. La baisse du risque de mortalité lié à ces maladies était même de 43% pour ceux qui utilisaient aussi ces modes de transports plus actifs en dehors des trajets domicile-travail.3

Le vélo vous fait vivre en meilleure santé

Les bénéfices santé de l’activité physique ne s’arrêtent pas là. En septembre 2018, La HAS a publié un « Guide de Promotion de l’activité physique et sportive pour la santé chez les adultes » 4 avec une liste exhaustive des effets sur différentes pathologies, entre autres :

  • Diminution du risque de mortalité toute cause confondue avec relation dose-réponse (plus on en fait, plus ça fonctionne)
  • Diminution de l’incidence et de la mortalité des pathologies cardio-vasculaires (dont les maladies coronariennes et les AVC), avec relation dose-réponse.
  • Diminution de l’incidence du cancer du sein, du colon et de l’endomètre, avec relation dose-réponse
  • Réduction de la mortalité par cancer du sein, cancer colorectal, cancer de la prostate (non métastatique) avec relation dose-réponse
  • Réduction de la récidive du cancer du sein
  • Diminution de l’incidence du cancer de l’œsophage et probablement du poumon
  • Amélioration des fonctions cognitives, de la qualité de vie, du sommeil
  • Réduction des signes d’anxiété de dépression et de démence
  • Réduction du risque de prise de poids excessive et prévention de la reprise de poids après un amaigrissement initial, limitation de la perte de masse musculaire lors d’une perte de poids, réduction de l’obésité abdominale, réduction du périmètre abdominal, limitation de la perte de masse musculaire
  • Amélioration des capacités fonctionnelles et de l’autonomie
  • Réduction du risque de prise de poids excessif de la femme enceinte, réduction du risque de diabète gestationnel sans risque pour le fœtus, réduction du risque de dépression du post-partum
  • Diminution de la douleur et amélioration fonctionnelle dans l’arthrose (de la hanche et du genou)
  • Réduction du risque de progression de la maladie cardio-vasculaire dans l’hypertension artérielle, réduction du risque d’augmentation de la pression artérielle avec le temps
  • Réduction du risque de mortalité cardiovasculaire et toutes causes confondues, dans le diabète de type 2
  • Amélioration des capacités d’exercice et de la qualité de vie dans les pathologies respiratoires chroniques, amélioration de la dyspnée et de la tolérance à l’effort
  • Meilleur contrôle des symptômes de la BPCO et de l’asthme
  • Amélioration de la marche, de la force musculaire et de la condition physique dans la sclérose en plaque
  • Réduction des signes d’anxiété et de dépression chez les patients avec une pathologie anxieuse ou une dépression clinique, avec relation dose-réponse
  • Amélioration des fonctions cognitives et de la qualité de vie dans la schizophrénie
  • Amélioration des fonctions cognitives dans les troubles de l’hyperactivité, déficit de l’attention

Or faire 30 minutes de vélo pour aller au travail puis 30 minutes pour en revenir 5 jours par semaine couvre vos 300 minutes par semaines d’activité physique globalement recommandées.

Peut-on considérer le vélo à assistance électrique (VAE) comme une activité physique ?

Le VAE constitue bel et bien une activité physique d’intensité modérée et peut représenter le début d’un effort vigoureux dans une ville en pente. L’équivalent métabolique (Metabolic Equivalent of Task, MET) est une méthode permettant de mesurer l’intensité d’une activité physique et la dépense énergétique. Pour le VAE, on obtient une valeur moyenne de 6,1 MET indépendamment du mode de fonctionnement. En comparaison, la mobilité douce traditionnelle requiert au plat 3,5 (marche) et 6,8 MET (vélo standard). Le VAE peut briguer un titre de «moyen de transport actif», dont l’effort est supérieur à la marche, mais inférieur au vélo standard. 5

Le vélo préserve la planète

En France, les transports représentent un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Outre la pollution atmosphérique, ils ont leur lot de dommages sur notre santé et la planète : ils sont responsables de nuisances sonores importantes, créent des embouteillages, ils consomment de l’espace au détriment du patrimoine et de notre qualité de vie et ils épuisent entre autres des ressources énergétiques.6

Le bilan carbone est calculé en équivalent CO2 ou CO2e, c’est le résultat d’un outil de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre que peut produire un objet tout au long de sa durée de vie. Des études ont conclu que le bilan carbone par kilomètre du vélo est plus de 10 fois inférieur à celui d’une berline moyenne (calcul réalisé pour une durée d’utilisation de 15 ans et 3200 km par an en vélo soit un peu moins de 13 kilomètres par jour ouvrable).  Une grosse partie de cette différence provient de l’absence de consommation de carburant. La construction, le revêtement et l’entretien des pistes cyclables émettent quatre fois moins de gaz à effet de serre que les voies automobiles. Les vélos ont également besoin de moins d’infrastructures que les voitures. Les vélos endommagent bien moins les routes que les automobiles du fait qu’ils sont beaucoup moins lourds. De plus, les vélos ne sont pas exempts d’entretien, mais le remplacement occasionnel des patins de freins, ou le réglage des câbles est responsable d’1/16ème des émissions de CO² des vidanges, changements de pneus, et autres alignements des roues dont a besoin une voiture.

Et le VAE ?

L’European Cyclists’s Federation a lancé une étude comparative du bilan Carbone entre le vélo mécanique, le vélo électrique et la voiture Thermique (VT) 7 :

– Pour le vélo mécanique le bilan carbone équivaut à 21 g CO2e/km

– Pour le vélo électrique le bilan carbone équivaut à 22 g CO2e/km

– La voiture personnelle produit 271 g CO2e/passager/km

Ainsi vélo ou vélo à assistance électrique (VAE), votre bilan carbone sera plus de dix fois moins important qu’avec la voiture.

Economie, santé, écologie : en marche pour le vélo (ou le VAE) !

 

  1. https://www.econologie.com/cout-utilisation-velo/
  2. https://www.buzibi.fr/Velo-electrique-economies-pg-47.html
  3. https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/25691-Pourquoi-aller-travail-voiture-augmente-risques-de-maladie-cardiaque-d-AVC
  4. https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2018-10/guide_aps_vf.pdf
  5. https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-349/Le-velo-electrique-un-outil-pour-la-sante-ou-un-gadget-ecolo
  6. https://www.linfodurable.fr/conso/75-des-trajets-domicile-travail-se-font-en-voiture-souvent-en-solo-comment-se-deplacer-mieux
  7. https://e-biclou.blogspot.com/2017/10/empreinte-ecologique-du-velo-electrique.html

Laisser un commentaire